Get 20M+ Full-Text Papers For Less Than $1.50/day. Subscribe now for You or Your Team.

Learn More →

Low-energy dwellings: the contribution of behaviours to actual performance

Low-energy dwellings: the contribution of behaviours to actual performance The UK Government's Building a Greener Future: Policy Statement (2007) announced that all new homes must be zero carbon from 2016. To date, a number of housing sites around the UK have strived to reduce carbon emissions by following sustainable design principles and utilizing renewable technologies. On paper, these sites exceed regulatory compliance and are regarded as high-performance buildings. However, their actual performance is seldom validated from the perspective of either the design engineer or the occupants. Findings are presented from an on-going post-occupancy evaluation of a UK EcoHomes site with an ‘excellent’ rating (the highest rating of the predecessor to the current standard, the Code for Sustainable Homes). The detailed post-occupancy evaluation investigated the energy performance of the buildings (as well as water consumption) and the comfort and satisfaction of users. A bespoke behavioural survey and interview were developed and implemented to distinguish between and quantify frugal and profligate patterns of consumption. Results indicate that energy-efficiency behaviours account for 51%, 37%, and 11% of the variance in heat, electricity, and water consumption, respectively, between dwellings. Human factor issues need to be addressed more adequately as standard practice in low-energy/carbon design. La déclaration de principe du Gouvernement Britannique intitulée Building a Greener Future: Policy Statement (Construire un Avenir Plus Vert: Déclaration de Principe) (2007) annonçait que tous les nouveaux logements devraient être zéro carbone à compter de 2016. A ce jour, un certain nombre d’ensembles d’habitation à travers le Royaume-Uni se sont efforcés de réduire les émissions de carbone en suivant des principes de conception durable et en utilisant des technologies renouvelables. Sur le papier, ces ensembles d’habitation vont au-delà des obligations réglementaires à respecter et sont considérés comme des bâtiments à hautes performances énergétiques. Néanmoins, leurs performances réelles sont rarement confirmées du point de vue de l’ingénieur concepteur ou des occupants. Sont présentés les résultats d’une étude en cours relative à l’évaluation après occupation d’un ensemble d’habitation britannique EcoHomes classé « excellent » (la notation la plus élevée prévue par la norme antérieure à la norme actuelle, Le Code pour des Logements Durables). Cette évaluation détaillée après occupation a examiné les performances énergétiques des bâtiments (aussi bien que la consommation d’eau), ainsi que le confort et la satisfaction des utilisateurs. Il a été élaboré et procédé à une enquête comportementale sur mesure, avec entretien, afin de pouvoir faire la distinction entre les habitudes de consommation économes et dépensières et de les quantifier. Les résultats indiquent que les comportements éco-énergétiques représentent respectivement 51 %, 37 % et 11 % des différences de consommation de chauffage, d’électricité et d’eau entre les logements. Dans une conception basse énergie/bas carbone, il est nécessaire qu’un traitement plus adapté des questions liées aux facteurs humains devienne pratique courante. Mots clés: performances des bâtiments, évaluation de la consommation, logement, bâtiment basse énergie, comportement des occupants, évaluation après occupation, théorie des comportements planifiés http://www.deepdyve.com/assets/images/DeepDyve-Logo-lg.png Building Research & Information Taylor & Francis

Low-energy dwellings: the contribution of behaviours to actual performance

18 pages

Loading next page...
 
/lp/taylor-francis/low-energy-dwellings-the-contribution-of-behaviours-to-actual-0RcfacX0PZ

References (32)

Publisher
Taylor & Francis
Copyright
Copyright Taylor & Francis Group, LLC
ISSN
1466-4321
eISSN
0961-3218
DOI
10.1080/09613218.2010.505371
Publisher site
See Article on Publisher Site

Abstract

The UK Government's Building a Greener Future: Policy Statement (2007) announced that all new homes must be zero carbon from 2016. To date, a number of housing sites around the UK have strived to reduce carbon emissions by following sustainable design principles and utilizing renewable technologies. On paper, these sites exceed regulatory compliance and are regarded as high-performance buildings. However, their actual performance is seldom validated from the perspective of either the design engineer or the occupants. Findings are presented from an on-going post-occupancy evaluation of a UK EcoHomes site with an ‘excellent’ rating (the highest rating of the predecessor to the current standard, the Code for Sustainable Homes). The detailed post-occupancy evaluation investigated the energy performance of the buildings (as well as water consumption) and the comfort and satisfaction of users. A bespoke behavioural survey and interview were developed and implemented to distinguish between and quantify frugal and profligate patterns of consumption. Results indicate that energy-efficiency behaviours account for 51%, 37%, and 11% of the variance in heat, electricity, and water consumption, respectively, between dwellings. Human factor issues need to be addressed more adequately as standard practice in low-energy/carbon design. La déclaration de principe du Gouvernement Britannique intitulée Building a Greener Future: Policy Statement (Construire un Avenir Plus Vert: Déclaration de Principe) (2007) annonçait que tous les nouveaux logements devraient être zéro carbone à compter de 2016. A ce jour, un certain nombre d’ensembles d’habitation à travers le Royaume-Uni se sont efforcés de réduire les émissions de carbone en suivant des principes de conception durable et en utilisant des technologies renouvelables. Sur le papier, ces ensembles d’habitation vont au-delà des obligations réglementaires à respecter et sont considérés comme des bâtiments à hautes performances énergétiques. Néanmoins, leurs performances réelles sont rarement confirmées du point de vue de l’ingénieur concepteur ou des occupants. Sont présentés les résultats d’une étude en cours relative à l’évaluation après occupation d’un ensemble d’habitation britannique EcoHomes classé « excellent » (la notation la plus élevée prévue par la norme antérieure à la norme actuelle, Le Code pour des Logements Durables). Cette évaluation détaillée après occupation a examiné les performances énergétiques des bâtiments (aussi bien que la consommation d’eau), ainsi que le confort et la satisfaction des utilisateurs. Il a été élaboré et procédé à une enquête comportementale sur mesure, avec entretien, afin de pouvoir faire la distinction entre les habitudes de consommation économes et dépensières et de les quantifier. Les résultats indiquent que les comportements éco-énergétiques représentent respectivement 51 %, 37 % et 11 % des différences de consommation de chauffage, d’électricité et d’eau entre les logements. Dans une conception basse énergie/bas carbone, il est nécessaire qu’un traitement plus adapté des questions liées aux facteurs humains devienne pratique courante. Mots clés: performances des bâtiments, évaluation de la consommation, logement, bâtiment basse énergie, comportement des occupants, évaluation après occupation, théorie des comportements planifiés

Journal

Building Research & InformationTaylor & Francis

Published: Oct 1, 2010

Keywords: building performance; consumption assessment; housing; low-energy building; occupant behaviour; post-occupancy evaluation; theory of planned behaviour

There are no references for this article.