Get 20M+ Full-Text Papers For Less Than $1.50/day. Start a 14-Day Trial for You or Your Team.

Learn More →

Schizotaxie, schizotypie, personnalité schizotypique et vulnérabilité à la schizophrénie

Schizotaxie, schizotypie, personnalité schizotypique et vulnérabilité à la schizophrénie Le trouble de personnalité schizotypique présente de très nombreux points communs avec la schizophrénie, tant sur le plan clinique, où il évoque une forme atténuée de la maladie, que sur les plans épidémiologique, neuropsychologique, électrophysiologique et neurobiologique. Ces similitudes laissent penser que ce trouble de personnalité, ou seulement certaines des dimensions cliniques qui le composent, pourrait constituer un véritable “marqueur” clinique de vulnérabilité à la schizophrénie définissant ainsi des sujets à haut risque “clinique ou psychométrique”. De ce fait, il pourrait s’agir d’un outil prometteur pour la compréhension des mécanismes étiopathogéniques qui sous-tendent l’apparition d’une schizophrénie, y compris en l’absence d’un risque “familial ou génétique” de schizophrénie (apparentés de premier degré de patients schizophrènes). Dans cet article, nous nous proposons de passer en revue les principales études réalisées jusqu’à ce jour concernant les aspects historique, clinique, épidémiologique, neuropsychologique, électrophysiologique et neurobiologique du trouble de personnalité schizotypique. http://www.deepdyve.com/assets/images/DeepDyve-Logo-lg.png PSN Springer Journals

Schizotaxie, schizotypie, personnalité schizotypique et vulnérabilité à la schizophrénie

Loading next page...
 
/lp/springer-journals/schizotaxie-schizotypie-personnalit-schizotypique-et-vuln-rabilit-la-uBilDDUzgO
Publisher
Springer Journals
Copyright
Copyright © 2003 by Springer
Subject
Medicine & Public Health; Psychiatry; Neuropsychology; Psychopharmacology; Psychotherapy; Psychoanalysis; Behavioral Therapy
ISSN
1639-8319
DOI
10.1007/BF03006794
Publisher site
See Article on Publisher Site

Abstract

Le trouble de personnalité schizotypique présente de très nombreux points communs avec la schizophrénie, tant sur le plan clinique, où il évoque une forme atténuée de la maladie, que sur les plans épidémiologique, neuropsychologique, électrophysiologique et neurobiologique. Ces similitudes laissent penser que ce trouble de personnalité, ou seulement certaines des dimensions cliniques qui le composent, pourrait constituer un véritable “marqueur” clinique de vulnérabilité à la schizophrénie définissant ainsi des sujets à haut risque “clinique ou psychométrique”. De ce fait, il pourrait s’agir d’un outil prometteur pour la compréhension des mécanismes étiopathogéniques qui sous-tendent l’apparition d’une schizophrénie, y compris en l’absence d’un risque “familial ou génétique” de schizophrénie (apparentés de premier degré de patients schizophrènes). Dans cet article, nous nous proposons de passer en revue les principales études réalisées jusqu’à ce jour concernant les aspects historique, clinique, épidémiologique, neuropsychologique, électrophysiologique et neurobiologique du trouble de personnalité schizotypique.

Journal

PSNSpringer Journals

Published: Dec 6, 2008

References