Get 20M+ Full-Text Papers For Less Than $1.50/day. Start a 14-Day Trial for You or Your Team.

Learn More →

Les états anxieux dans l’histoire de la médecine Première partie: d’Hippocrate au « nervosisme »

Les états anxieux dans l’histoire de la médecine Première partie: d’Hippocrate au « nervosisme » La description des états anxieux, dans leur expression somatique et émotionnelle, est tributaire depuis l’Antiquité de théories pathogéniques successives. Évoqués par Hippocrate et Galien en tant qu’affections de l’appareil digestif, ils ont été englobés dans l’hypocondrie aux XVIe et XVIIe siècles. Sydenham rapproche cette dernière de l’hystérie. Au XVIIIe siècle, Blackmore et Cheyne à Londres, puis Raulin et Pomme à Paris décrivent les « vapeurs », qui prolongent les théories humorales. En 1765, Lorry en France et Whytt en Écosse (« maladie nerveuse ») mettent en revanche l’accent sur une atteinte des fibres nerveuses, que le second différencie clairement pour la première fois aussi bien de l’hystérie que de 1’hypocondrie. Cullen introduit le terme de névrose (1769), dont la « Nosographie » de Pinel assure le succès. Au début du XIXe siècle, apparaît le vocable névropathie (Pougens, 1825; Cerise, 1841). Le terme anxiété est utilisé par Cheyne (1733), Boissier de Sauvages, le dictionnaire de Panckoucke (1812), J.-P. Falret (1822) et parfois dans les observations manuscrites des premiers aliénistes, mais comme symptôme et non comme entité. Sous le nom de cérébropathie (ex-hypocondrie), E. Georget isole, dès 1821, la plupart des symptômes de la future attaque de panique. Pendant la seconde moitié du XIXe siècle, les états anxieux font l’objet de remarquables descriptions synthétiques séparées, d’une part des aliénistes (délires émotifs: Morel, 1866; hypocondrie morale: J. Falret, 1866; vertige mental: Lasègue, 1876), d’autre part de somaticiens (état nerveux: Sandras, 1851; nervosisme: Bouchut, 1860; névropathie cérébrocardiaque: Krishaber, 1873). http://www.deepdyve.com/assets/images/DeepDyve-Logo-lg.png PSN Springer Journals

Les états anxieux dans l’histoire de la médecine Première partie: d’Hippocrate au « nervosisme »

PSN , Volume 8 (4) – Oct 9, 2010

Loading next page...
 
/lp/springer-journals/les-tats-anxieux-dans-l-histoire-de-la-m-decine-premi-re-partie-d-ixj3j8Fx1K
Publisher
Springer Journals
Copyright
Copyright © 2010 by Springer Verlag France
Subject
Medicine & Public Health; Behavioral Therapy; Psychoanalysis; Psychotherapy; Psychopharmacology; Neuropsychology; Psychiatry
ISSN
1639-8319
eISSN
1955-2351
DOI
10.1007/s11836-010-0147-6
Publisher site
See Article on Publisher Site

Abstract

La description des états anxieux, dans leur expression somatique et émotionnelle, est tributaire depuis l’Antiquité de théories pathogéniques successives. Évoqués par Hippocrate et Galien en tant qu’affections de l’appareil digestif, ils ont été englobés dans l’hypocondrie aux XVIe et XVIIe siècles. Sydenham rapproche cette dernière de l’hystérie. Au XVIIIe siècle, Blackmore et Cheyne à Londres, puis Raulin et Pomme à Paris décrivent les « vapeurs », qui prolongent les théories humorales. En 1765, Lorry en France et Whytt en Écosse (« maladie nerveuse ») mettent en revanche l’accent sur une atteinte des fibres nerveuses, que le second différencie clairement pour la première fois aussi bien de l’hystérie que de 1’hypocondrie. Cullen introduit le terme de névrose (1769), dont la « Nosographie » de Pinel assure le succès. Au début du XIXe siècle, apparaît le vocable névropathie (Pougens, 1825; Cerise, 1841). Le terme anxiété est utilisé par Cheyne (1733), Boissier de Sauvages, le dictionnaire de Panckoucke (1812), J.-P. Falret (1822) et parfois dans les observations manuscrites des premiers aliénistes, mais comme symptôme et non comme entité. Sous le nom de cérébropathie (ex-hypocondrie), E. Georget isole, dès 1821, la plupart des symptômes de la future attaque de panique. Pendant la seconde moitié du XIXe siècle, les états anxieux font l’objet de remarquables descriptions synthétiques séparées, d’une part des aliénistes (délires émotifs: Morel, 1866; hypocondrie morale: J. Falret, 1866; vertige mental: Lasègue, 1876), d’autre part de somaticiens (état nerveux: Sandras, 1851; nervosisme: Bouchut, 1860; névropathie cérébrocardiaque: Krishaber, 1873).

Journal

PSNSpringer Journals

Published: Oct 9, 2010

References