Get 20M+ Full-Text Papers For Less Than $1.50/day. Start a 14-Day Trial for You or Your Team.

Learn More →

Le nouveau paysage du cannabis I. Données récentes sur la neurobiologie des endocannabinoïdes et du cannabis

Le nouveau paysage du cannabis I. Données récentes sur la neurobiologie des endocannabinoïdes et... Le delta-9-tétrahydrocannabinol (THC), principe actif du cannabis, est de tous les agents toxicomanogènes le seul qui soit stocké plusieurs semaines dans l’organisme. Il donne lieu à une dépendance psychique, mais aussi physique, dépendances qui sont largement masquées par le fait que sa disparition du plasma est contemporaine de son stockage dans les lipides, en particulier cérébraux. Dans le cerveau le THC mime, sur un mode non régulé, diffus et intense, la neuromodulation exercée physiologiquement, avec subtilité, par les endocannabinoïdes (anandamide, 2-arachidonyl-glycerol, etc.) en stimulant des récepteurs spécifiques désignés CBl. Ces récepteurs influent sur une large variété de fonctions psychiques. Au niveau hippocampique (par exemple) existe une forte proportion de “récepteurs de réserve” permettant d’atteindre une réponse maximale alors même que n’est stimulé qu’un faible pourcentage d’entre eux; ce qui survient donc pour de faibles doses de THC. La désensibilisation de ces récepteurs est sans conséquences fonctionnelles puisqu’il en reste toujours suffisamment pour assurer la fonction; ainsi les perturbations cognitives induites par le THC perdurent tout au long de l’usage. Sur d’autres systèmes, sans récepteurs CBl de réserve, le THC au long cours suscite une désensibilisation de ces récepteurs, installant une tolérance. http://www.deepdyve.com/assets/images/DeepDyve-Logo-lg.png PSN Springer Journals

Le nouveau paysage du cannabis I. Données récentes sur la neurobiologie des endocannabinoïdes et du cannabis

PSN , Volume 2 (2) – Dec 5, 2008

Loading next page...
 
/lp/springer-journals/le-nouveau-paysage-du-cannabis-i-donn-es-r-centes-sur-la-neurobiologie-rMk78wTNO2
Publisher
Springer Journals
Copyright
Copyright © 2004 by Springer
Subject
Medicine & Public Health; Psychiatry; Neuropsychology; Psychopharmacology; Psychotherapy; Psychoanalysis; Behavioral Therapy
ISSN
1639-8319
eISSN
1955-2351
DOI
10.1007/BF03005998
Publisher site
See Article on Publisher Site

Abstract

Le delta-9-tétrahydrocannabinol (THC), principe actif du cannabis, est de tous les agents toxicomanogènes le seul qui soit stocké plusieurs semaines dans l’organisme. Il donne lieu à une dépendance psychique, mais aussi physique, dépendances qui sont largement masquées par le fait que sa disparition du plasma est contemporaine de son stockage dans les lipides, en particulier cérébraux. Dans le cerveau le THC mime, sur un mode non régulé, diffus et intense, la neuromodulation exercée physiologiquement, avec subtilité, par les endocannabinoïdes (anandamide, 2-arachidonyl-glycerol, etc.) en stimulant des récepteurs spécifiques désignés CBl. Ces récepteurs influent sur une large variété de fonctions psychiques. Au niveau hippocampique (par exemple) existe une forte proportion de “récepteurs de réserve” permettant d’atteindre une réponse maximale alors même que n’est stimulé qu’un faible pourcentage d’entre eux; ce qui survient donc pour de faibles doses de THC. La désensibilisation de ces récepteurs est sans conséquences fonctionnelles puisqu’il en reste toujours suffisamment pour assurer la fonction; ainsi les perturbations cognitives induites par le THC perdurent tout au long de l’usage. Sur d’autres systèmes, sans récepteurs CBl de réserve, le THC au long cours suscite une désensibilisation de ces récepteurs, installant une tolérance.

Journal

PSNSpringer Journals

Published: Dec 5, 2008

References