Get 20M+ Full-Text Papers For Less Than $1.50/day. Subscribe now for You or Your Team.

Learn More →

La toxicité rénale du lithium: une réévaluation

La toxicité rénale du lithium: une réévaluation Les sels de lithium sont efficaces dans la prévention des rechutes de la maladie maniaco-dépressive. Leur effet secondaire rénal le plus fréquent est un diabète insipide néphrogénique responsable d’une polyurie. Plus récemment, l’effet délétère du lithium sur la fonction rénale a été reconnu. Cet effet est dû au développement de lésions rénales tubulo-interstitielles. La progression de l’atteinte rénale est lente, avec une perte annuelle de filtration glomérulaire estimée à 2,2 ml/min. Une insuffisance rénale terminale a été rapportée chez certains patients. En France, une étude récente a montré qu’environ 0,2% des patients dialysés présentaient une maladie rénale induite par le lithium. L’insuffisance rénale terminale survient chez un faible pourcentage de patients traités par le lithium pendant une à deux décennies. Sa prévalence à long terme est inconnue. Les patients traités par le lithium doivent être suivis régulièrement; des mesures annuelles de la créatininémie, de la clairance de la créatinine et de la calcémie (vu le risque d’hyperparathyroïdie) sont fortement recommandées. Dans la phase initiale de la toxicité rénale, l’arrêt du lithium doit être discuté avec le patient par le psychiatre et le néphrologue. http://www.deepdyve.com/assets/images/DeepDyve-Logo-lg.png PSN Springer Journals

La toxicité rénale du lithium: une réévaluation

Loading next page...
 
/lp/springer-journals/la-toxicit-r-nale-du-lithium-une-r-valuation-1izplS7U3Q

References (35)

Publisher
Springer Journals
Copyright
Copyright © 2004 by Springer
Subject
Medicine & Public Health; Psychiatry; Neuropsychology; Psychopharmacology; Psychotherapy; Psychoanalysis; Behavioral Therapy
ISSN
1639-8319
eISSN
1955-2351
DOI
10.1007/BF03005221
Publisher site
See Article on Publisher Site

Abstract

Les sels de lithium sont efficaces dans la prévention des rechutes de la maladie maniaco-dépressive. Leur effet secondaire rénal le plus fréquent est un diabète insipide néphrogénique responsable d’une polyurie. Plus récemment, l’effet délétère du lithium sur la fonction rénale a été reconnu. Cet effet est dû au développement de lésions rénales tubulo-interstitielles. La progression de l’atteinte rénale est lente, avec une perte annuelle de filtration glomérulaire estimée à 2,2 ml/min. Une insuffisance rénale terminale a été rapportée chez certains patients. En France, une étude récente a montré qu’environ 0,2% des patients dialysés présentaient une maladie rénale induite par le lithium. L’insuffisance rénale terminale survient chez un faible pourcentage de patients traités par le lithium pendant une à deux décennies. Sa prévalence à long terme est inconnue. Les patients traités par le lithium doivent être suivis régulièrement; des mesures annuelles de la créatininémie, de la clairance de la créatinine et de la calcémie (vu le risque d’hyperparathyroïdie) sont fortement recommandées. Dans la phase initiale de la toxicité rénale, l’arrêt du lithium doit être discuté avec le patient par le psychiatre et le néphrologue.

Journal

PSNSpringer Journals

Published: Dec 5, 2008

There are no references for this article.