Get 20M+ Full-Text Papers For Less Than $1.50/day. Subscribe now for You or Your Team.

Learn More →

L’insight et les schizophrénies: un paradoxe?

L’insight et les schizophrénies: un paradoxe? Le but de cet article est de présenter une réflexion sur le concept d’insight dans la schizophrénie. L’insight correspond à un regard posé sur soi et sur ses rapports au monde, dirigé vers l’intérieur mais qui part de l’extérieur. Ce regard s’associe aux notions de vérité, de découverte et de clarté. L’étude de ce concept est paradoxale dans le cadre de la schizophrénie. Les modèles psychanalytique, phénoménologique et empirique montrent qu’il existe différents niveaux d’analyses: (a) le patient, son psychisme troublé et des facteurs individuels dans son expression, (b) le clinicien, avec ses croyances et connaissances sur la maladie mentale, ses affects, son expérience, ses attitudes et (c) l’interaction entre le patient et le médecin. Dans la plupart des études psychométriques récentes, l’insight se réduit à l’évaluation du degré d’acceptation, de la part du patient, du caractère morbide des symptômes. Cette réduction le fait apparaître un phénomène multidimensionnel et variable dans le temps, perturbé dans la schizophrénie et corrélé significativement, modérément et positivement au QI et à la compliance, et négativement avec la symptomatologie, les phases aiguës de la maladie, les passages à l’acte hétéroagressifs et la fréquence des hospitalisations, notamment sous contrainte. Les études sont par contre divergentes quant aux rapports entre l’insight et le suicide, les fonctions cognitives, l’anatomie cérébrale. Sur le plan de la pratique clinique, c’est l’insight du clinicien qui occupe une place importante dans l’émergence d’uninsight chez le patient. Étudier ce processus de manière objectivable nécessite des modèles plus complexes, nécessitant le développement d’une théorie de la pratique psychiatrique. http://www.deepdyve.com/assets/images/DeepDyve-Logo-lg.png PSN Springer Journals

L’insight et les schizophrénies: un paradoxe?

Loading next page...
 
/lp/springer-journals/l-insight-et-les-schizophr-nies-un-paradoxe-t2Q0SEP3Bp

References (31)

Publisher
Springer Journals
Copyright
Copyright © 2004 by Springer
Subject
Medicine & Public Health; Psychiatry; Neuropsychology; Psychopharmacology; Psychotherapy; Psychoanalysis; Behavioral Therapy
ISSN
1639-8319
eISSN
1955-2351
DOI
10.1007/BF03005220
Publisher site
See Article on Publisher Site

Abstract

Le but de cet article est de présenter une réflexion sur le concept d’insight dans la schizophrénie. L’insight correspond à un regard posé sur soi et sur ses rapports au monde, dirigé vers l’intérieur mais qui part de l’extérieur. Ce regard s’associe aux notions de vérité, de découverte et de clarté. L’étude de ce concept est paradoxale dans le cadre de la schizophrénie. Les modèles psychanalytique, phénoménologique et empirique montrent qu’il existe différents niveaux d’analyses: (a) le patient, son psychisme troublé et des facteurs individuels dans son expression, (b) le clinicien, avec ses croyances et connaissances sur la maladie mentale, ses affects, son expérience, ses attitudes et (c) l’interaction entre le patient et le médecin. Dans la plupart des études psychométriques récentes, l’insight se réduit à l’évaluation du degré d’acceptation, de la part du patient, du caractère morbide des symptômes. Cette réduction le fait apparaître un phénomène multidimensionnel et variable dans le temps, perturbé dans la schizophrénie et corrélé significativement, modérément et positivement au QI et à la compliance, et négativement avec la symptomatologie, les phases aiguës de la maladie, les passages à l’acte hétéroagressifs et la fréquence des hospitalisations, notamment sous contrainte. Les études sont par contre divergentes quant aux rapports entre l’insight et le suicide, les fonctions cognitives, l’anatomie cérébrale. Sur le plan de la pratique clinique, c’est l’insight du clinicien qui occupe une place importante dans l’émergence d’uninsight chez le patient. Étudier ce processus de manière objectivable nécessite des modèles plus complexes, nécessitant le développement d’une théorie de la pratique psychiatrique.

Journal

PSNSpringer Journals

Published: Dec 5, 2008

There are no references for this article.